Une Société de petits vieux en charentaises 1

En Alsace, un peu avant minuit, le dernier jour de chaque année, chacun sort dans la rue avec une boisson, des briquets et à 00h00 les fusées filent dans le ciel, les pétards embrasent la rue et la ville toute entière crépite. On peut trouver ça puéril, inutile, dangereux ou stupide. Pour ma part je trouve cela extraordinaire. C’est un moment amusant que nous partageons avec des amis et tout le monde laisse exploser sa joie. Un moment unique, chaque année.

Malheureusement il y a chaque fois des accidents plus ou moins graves, parfois mortels. Personne ne s’en réjouira.

Mon nouvel-an 2011-12, légal, mais triste sous cet aspect........ (nous avons ramassé tous nos déchets)

C’est à cause de ces accidents que les autorités ont limité la puissance des artifices. L’an dernier nous en étions donc réduit à quelques pétards, mini-fusées et mini-fumigènes. Seuls les amis ont sauvé la soirée, eux seront toujours là ; et puis ceux qui ont bravé l’interdit et qui ont offert à leurs voisins le plaisir de voir s’illuminer le ciel de belles lumières. Des lumières interdites, dans un pays frileux, craintif et rabat-joie.

L’événement réellement tragique de ce nouvel an 2013, c’est la mort de ce jeune à Dorlisheim. Mais non, Monsieur le préfet Bouillon, il n’est pas mort pour vous donner un prétexte pour nous interdire de fêter le Nouvel An comme nous le souhaitons.

Le rôle de l’État n’est pas de nous infantiliser, ni de nous protéger à outrance en écartant de notre vue le moindre objet potentiellement dangereux. Et comme l’État n’est pas responsable de ces multiples accidents, lorsqu’on vous demande de « faire quelque chose », contentez-vous de rappeler aux citoyens qu’ils sont responsables de leurs actes, tels des adultes majeurs et vaccinés.

Ce jeune adulte est mort parce qu’il n’a pas respecté des règles de sécurité basiques.

Nombreuses sont les personnes à souhaiter une interdiction totale des feux d’artifice et à exploiter chaque malheur, chaque accident. Mais cela ne résoudra en rien le problème, parce que les prohibitions n’ont jamais fonctionné. Jamais.

Vous aurez beau rétablir la frontière sur le Rhin et mener la vie dure aux trafiquants de pétards, vous ne ferez que nourrir le marché noir et faire émerger la fabrication artisanale. Alors certes, les villes crépiteront moins, mais l’utilisation de produits moins fiables que ceux qu’on aurait habituellement trouvé sur un marché légal aura des conséquences. Sans parler du fait que vous criminaliserez des personnes qui n’auront finalement commis de tort envers personne. Vu la surpopulation carcérale, l’éparpillement des moyens policiers et l’engorgement des tribunaux, avons-nous réellement besoin de cela ?

Comme les pétards seront interdits, comme pour les drogues, nombreuses seront les personnes qui n’aborderont pas le sujet de la sécurité avec leurs enfants. Or c’est précisément ce point qui permettrait de réduire le nombre et la gravité des accidents : le rappel des règles de sécurité de base. Comme par exemple de ne pas mettre sa tête au-dessus d’un mortier, ni d’essayer de réutiliser un feu d’artifice qui n’a pas fonctionné.

Nous vivons dans une Société insupportablement fade, aseptisée, infantilisante et prête à sacrifier à peu près tout, et en premier lieu la liberté individuelle, pour le mirage de la sécurité absolue. Une Société de petits vieux en charentaises.

-

Mise à jour : Il semblerait que l’explosif utilisé par le jeune de Dorlisheim ait été de type K3, interdit en France comme en Allemagne. Donc la législation actuelle n’est aucunement fautive.

One comment on “Une Société de petits vieux en charentaises

  1. Pingback: Pétards du nouvel an : faut-il les interdire ? - Contrepoints | Contrepoints

Comments are closed.